Velo et Parkinson

 

VELO ET PARKINSON
 
La maladie de Parkinson est une maladie neurologique dégénérative, qui affecte le système nerveux central avec un déséquilibre neuromoteur qui évolue irrémédiablement. Mais il serait possible de ralentir, voire même de conserver l’essentiel de son potentiel physique, par des exercices “équilibrés” et parfaitement “symétriques."
Pour se maintenir , le Parkinsonien peut être invité à " Faire du vélo", aussi bien en plein air qu'en appartement. 
 Afin de l'encourager avant l'effort, nous allons essayer de répondre aux deux questions suivantes:
- Quels sont les bienfaits de la pratique du vélo sur les troubles Parkinsoniens?
- Un Parkinsonien est il capable de faire du vélo  à l'extérieur en toute sécurité ? 
 
Les bienfaits de la pratique du vélo
 
Beaucoup d'études ont été menées en ce domaine , en particulier celles du 
 professeur Jay L.Alberts de la Cleveland Clinic Lerner Research ( Ohio USA ) . Ces études ont été faites  en laboratoire , en utilisant des vélos d'appartements spéciaux, les VAE ( Vélos à assistance électrique )
Ces vélos sont équipés d’un moteur électrique qui aide le patient à maintenir un rythme de pédalage de 90 tours par minute , pas foudroyant certes , mais suffisant pour rendre l’exercice efficace.
C'est en 2003 que le Dr Alberts, spécialisé dans la recherche biomédicale, a découvert que les patients Parkinson pouvaient profiter de cette forme d'exercice forcé. 
Par un pur hasard, il prit en stop sur son tandem une amie atteinte de la maladie de Parkinson. 
Grâce au tandem et à l'aide du Dr Alberts,cette patiente  réussit à pédaler et à participer à la promenade. Quelques jours plus tard, le Dr Alberts  remarqua une lettre manuscrite que cette   patiente avait parfaitement écrite , alors que les  Parkinsoniens souffrent souvent de micrographie (c'est-à-dire que leur écriture est anormalement petite et en pattes de mouches). "Cette semaine, je n'ai pas senti que j'avais le Parkinson", lui expliqua-t-elle.
L'expérience se répéta en 2005 avec un autre ami Parkinsonien , qui parvint parfaitement à retenir ses mains de trembler pendant quatre heures après la promenade à vélo.
 
Le Dr Alberts a fait une première étude, dont les résultats ont été publiés en 2008 dans le journal scientifique Neurorehabilitation and Neural Repair. 
 
L'étude a montré que les malades de Parkinson ayant pratiqué des exercices forcés pendant huit semaines, à un niveau supérieur de 30 % à celui qu'ils étaient capables de pratiquer, ont ressenti une amélioration de 35 % de leurs tremblements, de leurs difficultés à marcher et des autres symptômes de la maladie. 
 
Cette amélioration s’est par ailleurs maintenue quatre semaines après la fin des exercices forcés."Il semble que l'activité physique soit un véritable remède", affirme le Dr Alberts, qui étend son expérience à une centaine de volontaires Parkinsoniens.
 
Les patients selon lui, ont éprouvé une nette amélioration de leurs tremblements, et leurs difficultés à la marche ont été diminuées. Les chercheurs se sont appuyés, avant et après les périodes d’exercices, sur l’analyse par IRM de la connectivité fonctionnelle du cerveau. Cette technique permet de visualiser les aires cérébrales actives, et les connexions qui s’établissent entre elles. Principale constatation des auteurs, « une augmentation de la connectivité entre les régions du thalamus et du cortex ». Ces deux zones cérébrales on le sait, jouent un rôle important dans le contrôle et l’exécution des mouvements.
L’exercice physique n’est pas seulement important sur le plan moteur. Il redonne de la motivation aux patients, et joue un rôle capital dans la lutte contre le découragement, l’abattement, voire les manifestations dépressives qui accompagnent souvent la maladie de Parkinson.
Voici un exemple d’un exercice de 30 minutes
 
 30s à 30t/mn
 1mn à 50t /mn
 2 mn à 70 t/mn
 23 mn à 90 t/mn
  2 mn à 70t/mn
  1mn à 50t/mn
   30s à 30t/mn
 
 
 
 
 Freezing et pratique du vélo
 
Le freezing de la marche est un symptôme fréquent chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Elle impacte sérieusement les activités quotidiennes ,car elle  ne répond pas bien aux traitements disponibles tels que la Lévodopa.. Il parait évident à beaucoup qu’un Pakinsonien qui est sujet au freezing est incapable de faire du vélo . Et pourtant !
 
Anke H. Snijders et Ba Rs Bloem chercheurs au Centre médical Nijmegen de l'université Radboud ( aux Pays Bas)  rapportent, depuis 2 ans, l'étonnante préservation, chez certaines personnes atteintes de Parkinson, de la capacité à faire du vélo. Étonnante ,tant on sait que la maladie affecte l'équilibre, les actes moteurs volontaires et la coordination motrice, autant de fonctions nécessaires à la pratique du vélo !
Un premier cas soumis aux deux chercheurs, a été rapporté par Snijders en 2010 dans le New England Journal of Medicine, et illustré par des videos.
La première vidéo réalisée à l'hôpital montre en effet le patient tremblant et à peine capable de faire quelques pas avant de perdre l'équilibre dans les couloirs de l'hôpital (http://www.youtube.com/watch?v=aaY3gz5tJSk). Une seconde video le montre à son aise sur un vélo dans le parking de l'hôpital comme si de rien n'était. Mais dès qu'il saute du vélo, les tremblements reprennent et il oublie comment marcher.
Ce patient de 58 ans présente un freezing de la marche important. La marche est quasi impossible chez lui avec nécessité d'aides pour placer un pied devant l'autre et incapacité à effectuer un demi-tour. Après quelques pas, le patient perd l'équilibre et réclame son fauteuil.
La première partie de la vidéo montre à quel point la marche est difficile, mais beaucoup plus spectaculaire, la seconde partie montre ce même patient capable de rouler à vélo seul, sans aucune perte d'équilibre, maitrisant parfaitement le demi-tour. 
 
Le Professeur Bas Bloem ne s'attendait vraiment pas à faire la découverte suivante : malgré leurs sérieux troubles de la marche, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent faire du vélo ou patiner. Les scientifiques pensent que ce phénomène est lié à la façon dont le cerveau stocke les différentes formes de mémoire. Cette découverte permet aux malades de Parkinson de continuer à faire des activités physiques pour préserver leur santé.
 
Le Professeur Bas Bloem  pensait avoir tout vu après s'être occupé de patients atteints de la maladie de Parkinson pendant des années. Jusqu'à ce qu'il rencontre cet homme de 58 ans, incapable de marcher, mais pouvant faire du vélo ! 
 
"Il souffre de freezing de la marche, ce sentiment étrange qu'ont les malades de Parkinson d'avoir les pieds collés au sol", explique le scientifique. Et d'ajouter : "Cet homme m'a raconté qu'il avait récemment fait quelques 50 miles en vélo et qu'il pratiquait ce sport de façon régulière. Je lui ai objecté qu'il savait bien que c'était impossible et qu'il ne pouvait pas faire du vélo en raison de son Parkinson.
 
Le Professeur Bloem a interrogé 20 autres patients à un stade avancé de la maladie de Parkinson et tous ont affirmé être capables de faire du vélo. Il semblerait que le programme moteur responsable des mouvements pour faire du vélo soit stocké dans une partie différente du cerveau de celui de la marche
 
"A moins que lorsqu'ils font du vélo les patients parviennent à explorer d'autres parties de leur cerveau qui ne sont pas encore atteintes par la maladie de Parkinson
 Le Professeur Bloem suggère que les patients parkinsoniens continuent à faire du sport grâce au vélo. "Nous savons que la sédentarité due à la maladie provoque des problèmes physiques. Non seulement ils sont privés de relations sociales, mais en plus ils ont des risques cardiovasculaires", explique-t-il. 
Du monde entier, des médecins ont écrit au Professeur Bloem pour lui faire part de cas similaires. Une Canadienne affirme que sa mère Parkinsonienne ne peut marcher, mais fait du patin à glace à merveille. Le Professeur Bloem espère que cette découverte pourra être utilisée pour ralentir l'évolution de la maladie de Parkinson grâce à des exercices physiques adaptés. En attendant le scientifique a entrepris des tests cliniques. 
Toutes ces études méritent d’être validées par des expériences locales avec un vélo à assistance électrique
En attendant un programme sur un vélo d'appartement classique avec un rythme de 90 tours/mn soit environ 30 kms permettra de maintenir un tonus musculaire.
En conclusion à ces différentes études:
Faire du vélo ,est bénéfique pour le Parkinsonien, surtout si il est pratiqué sur un vélo à assistance électrique, selon un programme d’exercice forcé
 Faire du vélo en extérieur parait  possible pour un Parkinsonien atteint de freezing de la marche,.. bien entendu avec prudence.
Maurice Jestin avec le concours de Jean Pierre Lagadec
-
http://www.youtube.com/watch?v=wRnKhe_zt5A 
http://www.youtube.com/watch?v=aaY3gz5tJSk 
http://www.youtube.com/watch?v=swSSpqyol1A